Le mot « chamanisme » dérive du mot « saman » d’origine tungus/toungouse ou evenki (Sibérie). Les chamans ou chamanes sont les hommes-médecine ou guérisseurs des sociétés traditionnelles. Ce sont eux qui maintiennent l’équilibre écologique, spirituel et social de leur communauté.

Les chamanes se définissent par leur utilisation des états modifiés de conscience (« transe chamanique  ») en vue de faire voyager leur âme dans d'autres réalités (« l'autre monde »). Pour provoquer ce voyage, ils utilisent, selon les cultures, de multiples outils, dont le chant, la danse et le tambour, qui leur permettent de sortir des limites arbitraires et consensuelles de la réalité dite « ordinaire ».

Les mots « chamanisme » et « chaman », disséminés par les anthropologues qui ont étudié les cultures chamaniques, sont aujourd’hui utilisés de manière générale de part le monde, mais de nombreuses autres dénominations se rencontrent dans les cultures chamaniques traditionnelles : pajé dans le bassin amazonien, mara’akáme chez les Indiens Huichols du Mexique, curandero/a chez de nombreuses peuplades d’Amérique Centrale, etc. L’utilisation généralisée du mot « chaman » est justifiée par le fait que la plupart des peuples où des chamans officient sont des descendants des premières cultures chamaniques du Grand-Nord Eurasien, qui se sont déplacées au cours de l’Histoire, ont traversé le Détroit de Béring et ont ensuite colonisé les Amériques, des siècles avant l’apparition de l’« homme blanc ».  

Certains anthropologues pensent que le chamanisme est aussi vieux que l’humanité : il s’agirait du plus ancien corpus de pratiques rituelles dans lequel le chaman accède, par diverses techniques, à l’autre monde ou monde des esprits. En ayant accès à cette réalité, le chaman peut accéder à des énergies de guérison, à de la force et à des informations vitales pour la communauté. Il peut, par exemple, « voir » le mal dont souffre un membre de la communauté et entreprendre un travail de guérison spirituelle et physique en profondeur en allant récupérer des bouts d’âme perdus ou encore extraire des intrusions énergétiques pouvant causer des problèmes chroniques ou un mal de vivre inexplicable.

Toutes les sociétés humaines ont été, à un moment ou à un autre de leur histoire, des sociétés chamaniques. Le chamanisme n’est donc pas un phénomène local limité dans le temps : il est présent partout sur Terre et est extrêmement ancien. Avant l’apparition de l’écriture, des religions monothéistes et de la science moderne, les chamans étaient les gardiens du savoir et du sacré. Ils personnifiaient le lien intime qui lie l’homme à la nature et s’occupaient de maintenir le subtil équilibre permettant la survie des sociétés archaïques dans leur environnement. 

Au 20e siècle, la disparition accélérée des sociétés chamaniques traditionnelles et la nécessité de sauvegarder des pratiques en danger d’extinction a amorcé un retour de la pratique chamanique en Occident. C’est un retour aux sources, une réappropriation d’une partie de notre patrimoine culturel qui a survécu à des siècles de répression.